MACHU PICCHU, CITE MAJESTUEUSE

Publié le par ayacuchosocialclub

machu-picchu 1262

                                      Le Machu Picchu. La grande montagne est le Wayna Picchu

 

« Mystique », « envoûtant », « incroyable », « extraordinaire », etc. Les superlatifs ne manquent pas quand on pose les pieds pour la première sur le site du Machu Picchu. Un peu excédé par tout ce qu'il y a autour pour y aller, des « attrapes-touristes » dirons-nous, j'ai été subjugué par le site. Comment un peuple a pu imaginer construire une ville de cette ampleur à plus de 2 500 m d'altitude, qui plus est sur une montagne ? Comme Versailles était éloigné du centre de Paris, les historiens pensent que le Machu Picchu aurait été une résidence secondaire des souverains Incas, éloignée du pouvoir central (Cusco). Mais ce n'est pas prouvé et le site garde encore son mystère. Ce qui est sûr, c'est que de nombreuses personnes vivaient au Machu Picchu au temps de sa splendeur. Jusqu'à 1 800. De nombreuses ruines de maisons y sont encore visibles.

Au moment de leur conquête, les Espagnols connaissaient apparemment l'existence de cette cité, mais ne présumaient pas de son importance. La vieille montagne (Machu Picchu en qechua) resta alors à l'abandon trois siècles durant. C'est en 1911 que l'archéologue américain Hiram Bingham, cherchant les derniers refuges de Manco Inca et ses deux fils, qui résistèrent aux Espagnols jusqu'en 1572, découvre le Machu Picchu, aidé d'un fermier péruvien. Le site était enseveli sous la végétation, telle une splendide et mystérieuse ville morte. Un couple de paysans y cultivaient les terrasses, à la plus grande surprise de Bingham. Des terrasses construites par les Incas, pour se prémunir contre les pluies abondantes.

 

P1060270  machu-picchu 0024

 

L'organisation du Machu Picchu en deux grands secteurs, agricole et lieu de vie, l'inclination des murs vers l'intérieur pour résister aux tremblements de terre, le temple du Soleil qui capte le lever et le coucher du soleil en son centre, montrent les connaissances immenses du peuple inca en astronomie, géométrie, ingénierie, géographie... Ils connaissaient très bien les dates des solstices, ce qui leur permettaient d'organiser des cérémonies rituelles en l'honneur du Soleil. Aujourd'hui encore, chaque 24 juin à Cusco, la fête du Soleil rassemble de très nombreux touristes, attirés par la musique électronique. Surplombant le Machu Picchu, le Wayna Picchu (montagne jeune) est lui aussi mystique. Monter à son sommet prend une petite heure, des marches, encore et encore des marches. Une fois là-haut, nous avons littéralement l'impression d'être suspendu au-dessus des montagnes et de la vallée de l'Urubamba. Des vestiges de terrasses et de portes monumentales s'offrent aux grimpeurs.

Les Incas savent-ils que leur cité perchée sur une montagne est aujourd'hui un des sites les plus visités au monde et du coup un lieu menacé ? Ce qui est sûr, c'est que si ils voient aujourd'hui tous ces touristes marcher sur leurs traces, ils doivent trouver leur Machu Picchu bien calme. Entre 1 800 personnes qui y vivent et plusieurs centaines de touristes avec leurs appareils photos, ça devait être plus animé il y a 500 ans !

 

machu-picchu 0088

Une fois arrivé au sommet du Wayna Picchu, la vue sur les site et les montagnes est absolument fantastique. A gauche, la route en lacets permet d'atteindre le site en bus, mais il en coûte 30 dollars A/R (sachant par ailleurs que l'entrée au Machu Picchu coûte 126 soles, contre 10 il y a huit ans ; et le train pour y arriver de Cusco revient à minimum 80 dollars, l'entreprise étant... chilienne ! Il existe une autre solution, plus longue et moins coûteuse, mais en cette période de pluies, c'est presque impossible).

L'autre solution pour monter jusqu'au site consiste à monter à pied, les Incas ayant penser à tout ; cette route en lacets est coupée par des escaliers, 1716 marches en tout. Nous sommes partis à 4h du matin, pour être là-haut à l'ouverture, à 6h

 

machu-picchu 0078  machu-picchu 0075

Autres vues du sommet du Wayna Picchu : le rio Urubamba, qui traverse toute la vallée sacrée,
vallée où les Incas ont construit de nombreux sites ; le Machu Picchu en plus gros plan

 

machu-picchu 1808

                                            Le Machu Picchu au petit matin, sous la brume et sans touristes

 

machu-picchu 0038  machu-picchu 0040

Deux sortes de pierres pour les constructions : à gauche, pour les temples et les maisons des souverains Incas ;
à droite, pour les autres

 

machu-picchu 0044  P1060326  machu-picchu 1168

 

machu-picchu 1162  machu-picchu 1181

 

machu-picchu 1186

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Melanie 18/03/2011 16:56


La vie à la rude, ca vous connait maintenant ;). Au fait, je me suis rachetée le XXI que tu avais en vacs, parce que j'avais pas eu le temps de tout lire durant notre périple, et j'avoue avoir un
gros de coeur au fil des articles...J'ai hâte de lire le prochain trimestriel et de voir ce que vaut le nouveau mag "6 Mois"! Merci pour cette belle découverte, car cela correspond exactement à
cette forme d'apprentissage de la culture dont je suis adepte!!! Vivement qu'on y lise un de tes articles ;)


Mel 17/03/2011 23:51


Chéri, d'après mes sources, Machu Picchu veut dire "vieille montagne"....


ayacuchosocialclub 18/03/2011 16:48



exact, après vérification, ça veut bien dire "vieille montagne". Je vais donc changer ça de suite. Merci Mel ! Sinon, Ayacucho est en effet à voir, sauf en ce moment, il n'y a pas... d'eau !
depuis les pluies diluviennes de dimanche et lundi, un tuyau d'alimentation generale d'apparemment 5 km a peté. Du coup, c'est un peu la galère en ville. Chez nous, va savoir pourquoi, y en a le
matin, donc pas trop de souci. Et puis on a deja vécu des coupures d'electricité, des pluies enormes (d'ailleurs y a plus d'eau mais il pleut plus non plus !), alors ça va, on s'organise...